Kinésiologie

Selon le magazine « Psychologie »

« Les bras m’en tombent. » « J’ai les jambes en coton. »

Ces expressions populaires attestent du rapport étroit entre nos muscles et nos émotions.

Reposant sur ce principe, la kinésiologie, technique psycho-corporelle, va détecter nos déséquilibres énergétiques, émotionnels ou physiques pour lever les blocages qui nous dominent.

Elle s’appuie sur un test manuel de réponse musculaire pour connaître notre fonctionnement et éveiller notre potentiel.

Le test de la kinésiologie 

Il est différent des tests mécaniques utilisés par les kinésithérapeutes.

Il consiste à établir un dialogue avec le corps en lui posant directement un certain nombre de questions.

Le sujet tend le bras, sur lequel le praticien effectue une légère pression.

En situation normale, le bras résiste, il est « verrouillé ».

En cas de stress, il y a modification de la réponse du système musculaire qui se traduit par une absence de verrouillage, le bras tombe sous la pression.

Les applications de ce test ont donné naissance à de nombreuses techniques dont voici les trois plus connues.

Pourquoi consulter ?

Gestion du stress – Difficultés professionnelles – Orientation ou réorientation professionnelle – Trouble scolaire – Troubles de la mémoire

Problèmes relationnels – Traumatisme suite à un deuil, un accident, … – Problèmes conjugaux

Problèmes de poids boulimie, anorexie, … – Anxiété, stress, peurs, … – Phobies – Fatigue chronique

Allergies – Douleurs diffuses – Dépendances – addictions, ….

Durée de la séance

Chaque personne va réagir différemment, en fonction de son histoire, et du problème pour lequel elle consulte.

Il n’y a pas de règle. Parfois, une séance suffit. Le plus souvent, il faudra en compter quelques-unes, généralement espacées d’un mois.

Il ne s’agit certainement pas d’une thérapie à long terme. Même si l’on peut voir « régulièrement » un kinésiologue, comme on peut consulter par exemple un ostéopathe.

 

Il n’est pratiquement jamais possible de tout faire en une seule séance.

Parfois, il y a beaucoup de défenses à éliminer avant que le corps ne permette de rentrer dans le « vif du sujet » (si on peut s’exprimer ainsi).

Parfois, il y a d’autres problèmes qu’il faut éliminer avant d’attaquer le problème qui vous préoccupe. 

C’est toujours le corps qui décide de la priorité dans laquelle on va travailler. Ce n’est pas la peine de brusquer les choses ou de forcer le processus car cela ne fait que brouiller les pistes. 

Le corps connait le problèmeil connait également la solution et il sait comment il veut que le processus se déroule.

C’est tout cela que le kinésiologue apprend à interpréter et à respecter.