La séance

Durée de la séance

Chaque personne va réagir différemment, en fonction de son histoire, et du problème pour lequel elle consulte.

Il n’y a pas de règle. Parfois, une séance suffit. Le plus souvent, il faudra en compter quelques-unes, généralement espacées d’un mois.

Il ne s’agit certainement pas d’une thérapie à long terme. Même si l’on peut voir « régulièrement » un kinésiologue, comme on peut consulter par exemple un ostéopathe.

 

Il n’est pratiquement jamais possible de tout faire en une seule séance.

Parfois, il y a beaucoup de défenses à éliminer avant que le corps ne permette de rentrer dans le « vif du sujet » (si on peut s’exprimer ainsi).

Parfois, il y a d’autres problèmes qu’il faut éliminer avant d’attaquer le problème qui vous préoccupe. 

C’est toujours le corps qui décide de la priorité dans laquelle on va travailler. Ce n’est pas la peine de brusquer les choses ou de forcer le processus car cela ne fait que brouiller les pistes. 

Le corps connait le problèmeil connait également la solution et il sait comment il veut que le processus se déroule.

C’est tout cela que le kinésiologue apprend à interpréter et à respecter.

Comment se déroule une séance ?

Vous exposez votre problème à la kinésiologue qui pose aussi diverses questions et cherche surtout à savoir déjà comment s’orienter vers la solution, c’est-à-dire :

« Que ferez-vous lorsque votre problème aura disparu ? »

« Qu’est-ce que votre problème vous empêche de faire en ce moment ? »

Le problème n’est jamais aussi important que la solution.

Lors de la séance se vous êtes soit allongé sur une table (type massage), soit assis.

Cela dépend du besoin d’accès à certains muscles ou points du corps.

La kinésiologue montre comment elle va tester l’un de vos muscles pour entrer en dialogue avec votre système nerveux.

Puis elle fait ce que l’on appelle des pré-tests (une douzaine) pour savoir si elle peut compter sur la réponse de ce muscle.

Un muscle répond en maintenant sa position ou en lâchant lorsque la kinésiologue exerce une très, très légère pression dessus.

Ce sont les deux seules réponses que le muscle donne et que la kinésiologue apprend à interpréter selon les défis qu’il pose.

Tout est question de défis et d’observation de la réponse du système nerveux.

Répond-il normalement au défi ?

N’arrive-t-il pas à s’adapter ?

S’il n’y arrive pas, c’est là qu’il faut travailler. 

A partir de là (sans rentrer dans les détails), la kinésiologue va mettre directement au défi divers domaines – physique, mental, émotionnel, conscient, subconscient etc…

La kinésiologue ne se contente pas d’éliminer les symptômes (ce serait ridicule et bien insuffisant) mais cherche la cause du problème en retournant année par année jusqu’à la conception si nécessaire et même dans les générations précédentes s’il s’agit de schémas hérités que le client perpétue.

Les « solutions » proposées sont de nouvelles options neurologiques.

La kinésiologue montre au corps et au système nerveux une nouvelle manière de faire les choses pour sortir du problème.

Ces options varient entre des exercices très simples de rotations oculaires, polarisation de points ou massage de zones réflexes, travail sur les muscles ou les méridiens d’acupuncture, etc… Il se peut aussi que le corps choisisse des élixirs, des plantes, des huiles essentielles ou des préparations homéopathiques.

 

Le kinésiologue ne prescrit absolument rien mais vous mentionne simplement ce que votre corps a indiqué telle ou telle chose.

En fin de séance, la kinésiologue vous testera s’il y a des exercices à faire à la maison pour que le corps n’oublie pas qu’il a maintenant une nouvelle option qu’il a choisi lui-même pour se libérer de son problème et pour entraîner le système nerveux à fonctionner d’une nouvelle manière.

Vous êtes convaincu(e) ?

Prenez rendez-vous.

Laurence Evrard Kinésiologue à Fleurus